OCT-Fleurus-logo

Mines et charbonnages

 

HIERCHEU petit    De nombreux Fleurusiens descendent des mineurs. Nous devons en être fiers, pour que notre mémoire subsiste, pour que nos mineurs ne soient pas morts pour rien. La mine a détruit leurs corps, ne tuons pas leurs mémoires !
Etant donné le passé minier important de l'entité de Fleurus ainsi que de la région de Charleroi, nous tenons à y consacrer une page.
Voici donc toute une série d'informations à ce sujet, provenant de textes originaux dus à différents auteurs.
Nous tenons à remercier plus particulièrement Monsieur Jean-Marie AUBRY sa contibution fondamentale à l'élaboration de cette page.

Nous espérons que cette rubrique vous en apprendra un peu plus sur le laborieux travail de nos ancêtres.

 

 

     Sur la photo qui suit, se trouve un réservoir à air comprimé. Ces réservoirs servaient à ventiler les puits pour éviter les risques d'explosion dus au grisou. En effet, certains ouvriers ont perdus des membres où sont décédés suite à une explosion. Ces réservoirs permettaient d'injecter de l'air sous pression dans les boyaux de mines pour forcer l'évacuation du grisou.
  La photo suivante est une mise en scène. Les dames ne sont pas des rouleuses. Elles profitaient de la translation des cages dans le puits pour se livrer à l'écran photographique. Comme on peut le remarquer, elles portent des sabots à bride; remarquez les bidons en zinc typiques. Leur travail consistait à retirer les cailloux ou stériles qui passent devant elles sur les courroies, ce sont donc des trieuses.
  Des hiercheuses, des adultes mais aussi des gamines : la triste réalité d'un travail inhumain permis par le décret impérial du 3 janvier 1813. Il y avait des conséquences terribles, comme le 18 août 1868 à Mons : un accident minier coûte la vie à 51 travailleurs dont 5 enfants de moins de 11 ans, 11 adolescents de 12 à 15 ans et 5 femmes dont 3 mères de famille.
   
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici un traînage mécanique entre deux sièges d'un charbonnage. Si l'on compte le nombre de wagonnets et que l'on calcule le poids de la chaîne qui les tire, les rails,... on aura une idée des retombées pour la sidérurgie. Aussi, la fermeture des charbonnages a été une catastrophe sur le plan économique, le chômage régional endémique nous le rappelle chaque jour...

 

ImprimerE-mail

Un patrimoine touristique,

historique et naturel...

Se restaurer & se loger

Nous contacter

OCT-Fleurus-logo-contact

Rue de la Virginette, 2
6220 Fleurus

Tél. 071.88.50.72 Fax 071.888.533

Nous contacter